L'Hex

Union Européenne: dedans ou dehors?

Fin 2017, la population anglaise sera invitée à choisir si elle veut continuer à faire partie de l’Union Européenne ou non. Les avis sont très partagés…

En juin ou septembre 2016, les dates sont encore à décider, le Royaume Uni fera un choix important pour son futur économique et politique. En effet, les Anglais décideront s’ils souhaitent rester ou s’ils préfèrent quitter l’Union Européenne à travers un referendum. Un referendum est un vote au cours duquel les électeurs votent normalement un «Oui» ou «Non» en réponse à une question. Le côté qui obtient plus de la moitié des suffrages exprimés est considéré comme ayant gagné. La dernière fois que la population avait eu l’opportunité d’avoir son mot à dire était en 1975. Cependant, depuis cette date beaucoup a changé ce qui concerne le contrôle exercé par l’Union Européenne sur les Etats membres.

yes-no

L’électorat sera constitué des citoyens britanniques, irlandais et du Commonwealth de plus de 18 et résidents au Royaume Uni, ainsi que les gens nés au Royaume Uni qui ont vécu outre-mer pendant moins de 15 ans. Les membres de la Chambre des Lords et les citoyens du Commonwealth de Gibraltar auront le droit de voter, contrairement aux élections législatives. Les citoyens des Pays européens, à l’exception de l’Irlande,  Malte et Chypre, ne seront pas éligibles.

Actuellement, le Premier Ministre britannique,  David Cameron, est en train de négocier avec l’Union européenne afin d’y rester avec plus de bénéfices.  Par exemple, il veut réduire les régulations excessives et avoir le pouvoir de réfuter les législations auxquelles le pays n’est pas favorable. De plus, David Cameron voudrait empêcher l’immigration de ceux qui ne viennent dans le pays que pour les aides financières.

En ce moment, selon un sondage d’opinion, la population est équitablement divisée.
D’un côté, le Parti Indépendantiste Anglais, qui a gagné les dernières élections européennes, et qui a reçu presque 4 millions de votes, fait campagne pour quitter l’Union européenne. Un  bon nombre de députés conservateurs et du Parti travailliste sont aussi en faveur de la quitter.

d cameron

Ils pensent que la Bretagne est freinée par l’UE qui impose trop de règles sur le commerce et fait payer des milliards de livres par an en frais d’adhésion pour peu en retour.
Ils veulent également que la Grande-Bretagne reprenne le contrôle de ses frontières et réduise le nombre de personnes qui viennent dans le pays pour travailler. Ils s’opposent donc au un des grands principes de l’UE : « la libre circulation », qui signifie que vous ne devez pas obtenir un visa pour aller vivre dans un autre pays de l’UE.

D’un autre côté, David Cameron, du Parti Conservateur, est pour rester dans l’UE une fois qu’il aura obtenu certains pouvoirs de celle-ci en retour. Il a jusqu’à présent refusé de dire s’il commencerait à appeler le départ de la Grande-Bretagne s’il n’obtient pas ce qu’il veut. Le Parti travailliste, SNP, Plaid Cymru et les libéraux-démocrates sont également en faveur de rester. Ils sont de l’opinion que le pays reçoit un coup de pouce de l’adhésion à l’UE – cette organisation politique permet de vendre à d’autres pays de l’UE plus facilement et, selon eux, le flux d’immigrants, dont la plupart sont jeunes et désireux de travailler, soutient la croissance économique et aide à payer les services publics. Ils soutiennent également que le statut de la Grande-Bretagne dans le monde serait endommagé à cause de cela et que l’on est plus en sécurité dans l’Union européenne. Le professeur Adrian Favell a affirmé qu’un contrôle excessif des frontières dissuaderait les « plus brillants et les meilleurs » du continent de venir en Grande-Bretagne en réduisant la sélection des candidats.

Pour conclure, nous pouvons analyser les pours et les contres mais, au bout du compte, aucun pays ne l’a jamais fait avant, de sorte que personne ne peut prédire le résultat exact. Ce qui est sûr c’est que cette organisation internationale ne profitera pas de cet évènement car cela démontre une crise évidente, surtout après les problèmes survenus avec la Grèce.

border

Écrit par Charlotte Pattenden et Michela Pittalis

Publicités
Cette entrée a été publiée le mars 8, 2016 à 14:20. Elle est classée dans Histoire & Politique et taguée , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :